La leçon de physique

Le format de la leçon de physique est le suivant : une préparation de 4 heures, un exposé d’une durée de 40 minutes et un entretien avec les membres du jury d’une durée maximale de 40 minutes.

La liste des leçons n’est pas connue à l’avance. Les titres des leçons sont éventuellement assorties d’un court paragraphe indiquant un « passage obligé » que le candidat doit traiter lors de la leçon, en l’intégrant le mieux possible au reste de l’exposé.

Le candidat est autorisé à apporter des documents personnels en quantité raisonnable et a accès à internet pendant la préparation (uniquement aux sites ne nécessitant pas d’identification). Le jury rappelle que la possibilité d’utiliser internet a été offerte dans le but de permettre d’accéder au grand nombre de ressources disponibles (animations, vidéos, etc.) et non de disposer de quantité de documents personnels préparés à l’avance pour servir aux seules épreuves de l’agrégation. Notez que certains scripts Python déposés dans la base de données pour le montage peuvent être utilisés en leçon.

L’épreuve débute par la découverte du sujet, dans la bibliothèque, auprès des professeurs préparateurs, à l’heure du début de la leçon. Le candidat peut alors prendre les livres qu’il désire dans la bibliothèque, puis un technicien l’accompagne dans la salle où il effectue la préparation et la présentation de la leçon. Une consultation ultérieure de la bibliothèque est également possible, et il est aussi possible de demander au technicien d’aller chercher un ouvrage spécifique.

Lors de la préparation de la leçon, un technicien est présent en permanence dans le couloir, et un professeur préparateur passe régulièrement vérifier que tout se passe bien. Ils n’aident évidemment pas le candidat sur les aspects théoriques de la leçon.

Le jury attend que la leçon présentée corresponde précisément au titre découvert en début d’épreuve, chaque mot ayant son importance : tout ce qui apparaît dans le titre de la leçon doit être traité, et le hors sujet doit être proscrit. Pour autant, il n’y a pas de « leçon-type » attendue par le jury : les sujets sont vastes et le candidat sera amené à faire des choix, qu’il doit pouvoir justifier, tout en prenant garde à ce que toutes les parties abordées soient bien équilibrées.

Le propos de la leçon doit se situer à un niveau post-baccalauréat, elle doit être présentée avec un rythme soutenu, sans répétition, comme on le ferait devant des élèves « parfaits ». On évitera cependant les développements trop calculatoires et on n’hésitera pas à présenter des applications numériques, des exemples judicieusement choisis, etc. Le dynamisme et l’enthousiasme sont évidemment appréciés du jury, et il convient d’adopter une expression écrite et orale correcte.

Il est recommandé au candidat, lorsque la leçon s’y prête, de présenter devant le jury au moins une manipulation illustrant son propos. Contrairement à l’épreuve de montage, l’équipe technique peut se charger de monter entièrement ces expériences, s’ils disposent d’un protocole détaillé pour les manipulations spécifiques. Lorsque l’expérience est installée, l’équipe technique montre au candidat ce qui a été fait et demande si cela lui convient. Le candidat doit s’approprier ces expériences, maîtriser tous les aspects de la manipulation, et est seul responsable de sa présentation face au jury. Il n’est toutefois pas recommandé de multiplier le nombre de ces manipulations, pour se concentrer sur le propos de la leçon : l’épreuve de leçon de physique n’est pas une épreuve de montage. Il est recommandé de présenter l’expérience de façon claire et didactique, en faisant notamment au tableau un schéma présentant la manipulation.

La présentation de la leçon devant le jury dure 40 minutes à partir du moment où le jury entre dans la salle (le candidat est prévenu 5 minutes avant la fin du temps imparti). S’ensuivent 40 minutes maximum de questions, lors desquelles le jury peut demander au candidat de revenir sur des calculs présentés, d’exposer à l’oral ou au tableau des compléments, de justifier ses choix pédagogiques, etc.